DT089 // installé(e)s dans la pente

architecture / urbanisme, logements

Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine
concours d’idée « Maisons passives ligériennes »
/ site de Candes-Saint-Martin, 37

maîtrise d’oeuvre: DONNET TRESSE architectes (DTLAB)

/ concours: 2010

 

 

 

Le parti urbain: installé(e)s dans la pente.

Sur les hauteurs de Candes-Saint-Martin.
Le terrain est situé en limite de village. Le sud s’étend sur les champs. Le nord, quant à lui, descend progressivement vers le cœur du village. Les haies paysagères cèdent ainsi la place aux murs en tuffeau renfermant les cours des habitations. Soutenant les talus du fait de la déclivité du terrain, ces murs forment un élément majeur des typologies ligériennes.

Prolongement du maillage.
Une parallèle à la rue du Panorama sera créée, commençant perpendiculairement à la rue Torchet. La rue du Puits sera prolongée jusqu’à cette nouvelle rue. Dans le cas où la rue du Panorama serait piétonne, la circulation resterait fluide et le site toujours desservi.

Entrée du village (par la rue Tochet).
La partie ouest du site, la plus étroite, située au croisement de deux axes: les rues Torchet et du Panorama, constitue une des entrées du village. Afin de marquer ce seuil un bâtiment de logement collectif se positionnera à cet endroit. Son socle en tuffeau reprend le vocabulaire paysager régional. Quand on progresse sur le site d’ouest en est, différentes venelles piétonnes viennent
relier la rue du Panorama à la rue crée. Ces éléments découpent et fluidifient les circulations douces. Ainsi un cheminement paisible permet de relier le bas de Candes jusqu’à sa lisière sud.

Le mur dans sa composante verticale.
Il offre ainsi différentes caractéristiques: il récupère le nivellement par strates successives; il isole les espaces privatifs de la rue; de hauteur variable, il offre une porosité qui s’adapte à l’usage; souvent aveugle ou peu percé il préserve des regards indiscrets. Le mur dans sa composante horizontale. Il fragmente le paysage en délimitant les parcelles. à l’intérieur des dites parcelles, il relie les différents corps de bâtiment.

L’étage / la toiture.
En contraste avec la couleur chaude et claire de la pierre, les toitures sont sombres. Principalement en ardoise et parfois en zinc, elles se détachent du socle et rythment le paysage. Les faîtages sont orientés perpendiculairement à la rue, offrant une alternance de pleins et de vides depuis la rue. De cette façon les vues principales des bâtiments se retrouvent coté cour, préservant ainsi l’intimité des occupants (voir schéma 1). Cet assemblage d’éléments paysagers, couplé à la déclivité du terrain, offre des vues
variées en fonction du parcours. En effet, en remontant de la Vienne vers le sud on perçoit une série de murs surélevés (voir schéma 2), alors que lors de la descente, les rez-de-chaussées se fondent dans le talus, laissant apparaître les toitures et les frondaisons des arbres (voir schéma 3).

 

 

plan masse

coupe BB rue du Panorama

coupe transversale AA

 

schéma 1: intimité des occupants

 

schéma 2: en remontant de la Vienne vers le sud on perçoit une série de murs surélevés

vue intersection rue Torchet / rue créée

vue intersection rue du Panorama / prolongation rue du Puits

vue rue créée

 

schéma 3: lors de la descente, les rez-de-chaussées se fondent dans le talus

vue des maisons côté jardin, dans la pente

 

Le module: une maison individuelle T5.

Elle reprend les typologies urbaines développées précédemment à savoir:
– un mur d’enceinte de hauteur variable servant à délimiter le public du privé et à accueillir
le rdc,
– une partie émergente de couleur sombre accentuant la verticalité de l’espace bâti
en opposition avec l’horizontalité du mur.

Relations au site.
– Au nord, le mur est implanté à l’alignement. Il est peu percé: porte d’entrée, fenêtre
horizontale pour la cuisine, porte du garage. Le pignon nord est lui aussi très fermé,
laissant filtrer un peu de lumière à travers des volets ajourés.
– Les cotés est et ouest se retrouvent soit à l’alignement soit en mitoyenneté avec les
parcelles voisines.
– Une cour intérieure découpe l’espace bâti permettant d’ouvrir de larges vues depuis
les espaces de vie vers le reste du terrain.

Rez-de-chaussée.
– Une large entrée distribue la salle à manger et l’escalier. Une grande penderie permet
le rangement des bottes, manteaux etc.
– La cuisine, proche du garage, permet un déchargement aisé des courses. C’est la
seule pièce du rez de chaussée à avoir une ouverture sur la rue.
– Salle à manger / séjour. Ils prennent place dans un large espace ouvert. De larges
baies vitrées au sud et à l’est laissent pénétrer la lumière et relient l’intérieur à l’extérieur.
Un accès vers la terrasse permet pour les beaux jours de profiter pleinement du jardin.

Étage.
– Les trois chambres et la salle de bains sont desservis par un dégagement qui profite
du volume de l’escalier.
– S’ouvrant au sud et à l’est la chambre des parents est spacieuse et lumineuse. Une
grande penderie permet le rangement des vêtements et autres. Des volets ajourés permettent
de doser la luminosité et de préserver l’intimité.
– Les deux chambres d’enfants, plus petites mais encore spacieuses, s’ouvrent sur le
jardin, à l’est.
– La salle de bains bénéficie d’un éclairage naturel par le pignon nord.

Dispositifs énergétiques.
Compacité du bâtiment, ossature bois, panneaux solaires en toiture inclinée à 40° (eau
chaude sanitaire et chauffage: 14.5 m² et photovoltaïque: 14.5 m²), puits canadien.

 

axonométrie rdc

axonométrie étage

 

plan rdc

plan étage

 

façade sud

coupe

façade est

façade nord

façade ouest

 

coupe axonométrique